Série 800 diamonds, la B&W qui brille

J’ai toujours été passionné et attiré par les artisans pugnaces qui essayent d’emmener leur art au paroxysme. Chez Bowers and Wilkins, il me semble qu’ils y parviennent avec talent.
Leur quête de perfection est permanente. En 1979, ils redéfinissaient les possibilités en matière de reproduction du son avec la toute première enceinte 800 Series : la Matrix 801.

Ils ont continué à perfectionner et à expérimenter. Avec cette nouvelle 800 Series Diamond, qui exploite les propriétés exceptionnelles du diamant dans toute la gamme, il semble qu’ils aient une fois encore fixé de nouvelles références.

L’un de mes premiers émois esthétiques dans le monde de la haute-fidélité fut la découverte de la majestueuse Nautilus. Incroyablement différente de tout ce que j’avais pu voir jusque là, elle semblait pouvoir parler des sons qu’elle devait restituer en s’imposant comme une sculpture aux courbes douces mais empreintes de puissance.

On dit d’elle qu’elle produit un son tellement réel qu’on peut le toucher du doigt. Il ne m’en fallu pas plus pour plonger dans l’univers de B&W, découvrir l’histoire de cette marque et l’incroyable savoir-faire quelle a su développer.

Par bonheur je vais pouvoir y gouter de près car nous avons eu la chance d’avoir la distribution de ces extraordinaires série 800 Diamonds dans notre Showroom EcranLounge d’Antibes. Il faut dire que nombreux furent les amateurs qui en franchirent la porte pour nous demander des 803 ou des 802, sans doute attirés par le mini zeppelin et les XT en vitrine.
Découvrant le milieu audiophile, je m’étonne toujours du nombre de personnes capables d’investir autant dans ces matériels mais commençant à en faire partie je découvre des profiles atypiques, souvent humbles et finalement assez similaires au mien. C’est à dire des gens qui viennent vous voir, vous racontent leurs années de curiosité, de documentation, d’essais et d’expériences, de coups de foudre et de déceptions, puis d’économies une fois leur choix fait pour enfin franchir votre porte et vous lancer timidement: « vous faites la série 800 diamonds de B&W ? »

Maintenant c’est avec une fierté et une excitation non dissimulées que nous pouvons leur répondre : « oui bien sûr ». Quel bonheur !

Pour moi, ces enceintes sont avant tout celles qui créent le lien subtile entre les artistes et la cabine d’ingénieurie des mythiques studios d’Abbey Road à Londres, et ce depuis les années 80. Je n’ose imaginer le nombre de disques que j’ai ou que j’ai pu écouter et dont les choix finaux de productions ont été induits par ce matériel. Ces enceintes, à l’instar des Klipsch Heritage pour les États Unis, ne sont pas juste des enceintes mais des morceaux d’histoire de la scène pop-rock anglaise.

Chris Blair, cet ingénieur extraordinaire qui nous a malheureusement quitté en 2005, s’en est servi de seconde oreille avec des Pink-Floyd, Oasis ou Radiohead. Nous sommes donc avec elles confrontés à une réalité sonore et esthétique qui participe à l’évolution de nos musiques fétiches et donc à celle du monde, à un élément technique qui dépasse la simple perfection de sa réalisation pour transcender l’art qu’il diffuse. Ces enceintes sont un peu comme une Fender Jaguar, une basse Rickenbaker ou un ampli VOX double corps avec 4 EL84 en sortie, des monuments témoins de l’histoire du rock.

Et puis ce qui me fascine ici et plus généralement dans la haute-fidélité, c’est cette rencontre subtile bien qu’improbable de l’art et de la science.
Concevoir les divers composants de ces enceintes est une chose. C’en est une autre de les assembler. Ce processus nécessite la précision et la justesse des robots et des ordinateurs, mais un autre élément est tout aussi essentiel : la capacité de jugement, l’attention au détail et la touche finale que seules les mains et les yeux de l’homme peuvent apporter.

Quand le son est un bijou, le diamant devient son écrin.
Le matériau qui résume le mieux la quête de perfection s’agissant de la reproduction du son chez Bowers and Wilkins est aujourd’hui le diamant. C’est le matériau idéal du tweeter, l’ingrédient magique de cette 800 Series Diamond. Cela explique en partie pourquoi les enceintes 800 Series sont désormais légendaires tant parmi les studios d’enregistrement professionnels que les audiophiles. Pour la première fois, vous pouvez entendre l’incroyable précision et la clarté du diamant dans chaque enceinte de la gamme. La crème de la crème s’est encore améliorée. Et la perfection est plus proche que jamais. C’est en tous cas ainsi que cette enceinte est définie par ses créateurs.

En voici quelques photos privilégiant le fer de lance de la gamme, la 802 :

Le site de Bowers and Wilkins : www.bowers-wilkins.fr
La gamme 800 series diamond chez EcranLounge : ici>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>